Le livre du mois / Avril 2017 : Les Ames englouties / Vladislav Petković Dis

LE LIVRE DU MOIS : AVRIL 2017


Lire la suite...

Le poème du mois / Avril 2017 : La geôle / Vladislav Petković Dis


Lire la suite...

SERBICA ♦ Revue électronique ♦ N° 18 / 2017

SERBICA СЕРБИКА


Lire la suite...

Jovan Deretić : Le réalisme : l’ère du conte

♦ articles - critiques - essais ♦ Jovan Deretić Le réalisme : l’ère du conte


Lire la suite...

Milivoj Srebro : La nouvelle réaliste serbe

♦ Archives ♦ L’ÉVOLUTION DE LA NOUVELLE RÉALISTE SERBE : DE LA NOUVELLE DITE « RUSTIQUE » AU RÉCIT MODERNE par MILIVOJ SREBRO Milovan Glišić Laza Lazarević Radoje Domanović


Lire la suite...

Ivo Andrić : Un maître conteur

♦ articles - critiques - essais ♦ Ivo Andrić Un maître conteur Simo Matavulj Ivo Andrić


Lire la suite...

Première fois à matines avec mon père (La) / Prvi put s ocem na jutrenje - Laza ...

La première fois à matines avec mon père / Prvi put s ocem na jutrenje – Laza Lazarević


Lire la suite...

Lazarević, Laza (1851-1891)


Lire la suite...
01234567
  
Ratkovic Risto
 

 
 
 
 


II


   LE POÈME DU MOIS : JUILLET - AOUT 2016

 

 

RISTO RATKOVIĆ

(1903-1954)

 

L’ICÔNE

 

Si je vois une femme

qui te ressemble :

vêtue d’un manteau gris, coiffée d’un chapeau blanc,

il arrive que je m’arrête dans la rue.

Et bien que je sache

que tu pourrissеs depuis longtemps déjà,

je me dis : c’est peut-être toi.

 

Sinon, tu le sais :

ni toi ni moi

ne croyions en dieu.

Et vraiment ça n’a rien à voir avec lui

si devant ton image

je veux allumer un cièrge.

 
Traduit du serbe par Boris Lazić

 

РИСТО РАТКОВИЋ

ИКОНА

 

Видим ли коју жену

теби да личи:

у капуту пепељастом и белом шеширу,

дешава се на улици да застанем.

И мада знам

одавно већ да трунеш,

помислим: можда си ти.

 

Иначе, ти знаш:

у бога нисмо веровали

ни ја ни ти.

И заиста нема то са њим везе

што желим

пред сликом твојом кандило да палим.

 

in : Горан Бабић, Жежено злато мога језика,
Бања Лука, 2007.

 

Tous les mois <

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.