Le livre du mois / Mars 2017 : Le Mur nord / Dragan Velikić

LE LIVRE DU MOIS : MARS 2017


Lire la suite...

Poème du mois / Mars 2017 : Rencontres / Todor Manojlović


Lire la suite...

SERBICA ♦ Revue électronique ♦ N° 18 / 2017

SERBICA СЕРБИКА


Lire la suite...

Jovan Deretić : Le réalisme : l’ère du conte

♦ articles - critiques - essais ♦ Jovan Deretić Le réalisme : l’ère du conte


Lire la suite...

Milivoj Srebro : La nouvelle réaliste serbe

♦ Archives ♦ L’ÉVOLUTION DE LA NOUVELLE RÉALISTE SERBE : DE LA NOUVELLE DITE « RUSTIQUE » AU RÉCIT MODERNE par MILIVOJ SREBRO Milovan Glišić Laza Lazarević Radoje Domanović


Lire la suite...

Ivo Andrić : Un maître conteur

♦ articles - critiques - essais ♦ Ivo Andrić Un maître conteur Simo Matavulj Ivo Andrić


Lire la suite...

Première fois à matines avec mon père (La) / Prvi put s ocem na jutrenje - Laza ...

La première fois à matines avec mon père / Prvi put s ocem na jutrenje – Laza Lazarević


Lire la suite...

Lazarević, Laza (1851-1891)


Lire la suite...
01234567

Desnica_portrait

Vladan Desnica

 

 

 

 

LE POÈME DU MOIS : mars 2012

 

 


VLADAN DESNICA
(1905 – 1967)

 


L’EXAMEN DE MIDI

 

Je pose une main ridée
sur d’anciennes cicatrices.
Tiens !
elles ne font plus mal.

Je les expose au soleil,
les narines hument la lumière,
la clarté force les paupières à demeurer closes :
être un mendiant qui à midi
sous l’olivier mâche paisiblement
sa miche de pain.

Tout est déjà si lointain
que c’est à peine si cela couve au fond du souvenir –
tout est déjà si lointain et mort
que ce n’en est plus ni bon ni mauvais.

Je pose une main ridée
sur d’anciennes cicatrices
et semble entendre l’écho d’une voix :
vraiment, elles ne font plus mal.

                            Traduit du serbe par Boris Lazić


ВЛАДАН ДЕСНИЦА


ПОДНЕВНИ ИСПИТ


Прелазим збораном руком

по бразготинама старим
и гле:
више не боле.

Излажем их сунцу,
ноздрве удишу свјетлост
и трепке жмире од јаса:
просјак што у љетно подне
под маслином мирно жваће
скупљене корице хљеба.

Све је већ тако далеко
да у дну сјећања једва још тиња –
све је већ тако далеко и мртво
да више није ни добро ни лоше.

Прелазим збораном руком
по бразготинама старим
и слуктим глас дубине:
заиста, више не боли.

  

Tous les mois <
Jefimija_2