Le livre du mois / Avril 2017 : Les Ames englouties / Vladislav Petković Dis

LE LIVRE DU MOIS : AVRIL 2017


Lire la suite...

Le poème du mois / Avril 2017 : La geôle / Vladislav Petković Dis


Lire la suite...

SERBICA ♦ Revue électronique ♦ N° 18 / 2017

SERBICA СЕРБИКА


Lire la suite...

Jovan Deretić : Le réalisme : l’ère du conte

♦ articles - critiques - essais ♦ Jovan Deretić Le réalisme : l’ère du conte


Lire la suite...

Milivoj Srebro : La nouvelle réaliste serbe

♦ Archives ♦ L’ÉVOLUTION DE LA NOUVELLE RÉALISTE SERBE : DE LA NOUVELLE DITE « RUSTIQUE » AU RÉCIT MODERNE par MILIVOJ SREBRO Milovan Glišić Laza Lazarević Radoje Domanović


Lire la suite...

Ivo Andrić : Un maître conteur

♦ articles - critiques - essais ♦ Ivo Andrić Un maître conteur Simo Matavulj Ivo Andrić


Lire la suite...

Première fois à matines avec mon père (La) / Prvi put s ocem na jutrenje - Laza ...

La première fois à matines avec mon père / Prvi put s ocem na jutrenje – Laza Lazarević


Lire la suite...

Lazarević, Laza (1851-1891)


Lire la suite...
01234567
  
Despotov
 

 
 
 
 


II


   LE POÈME DU MOIS : AVRIL 2016

 

 

VOJISLAV DESPOTOV

(1950-2000)

 

 

HISTOIRE NE SE RÉPÈTE PAS

 

Chaque matin à travers

deux petits tombeaux rêveurs

sous les sourcils

point un jour nouveau.

On se fait du café,

on lit le journal.

S’annonce la cervelle criarde

du coq de l’histoire

qui ne se répète pas ne se répète

pas ne se répète pas…

 
Traduit du serbe par Boris Lazić

 

ВОЈИСЛАВ ДЕСПОТОВ

ИСТОРИЈА СЕ НЕ ПОНАВЉА

 

Сваког јутра кроз

два мала сањива гроба

испод обрва

свиће нови дан.

Кува се кафа,

читају се новине.

Оглашава се крештави мозак

петла историје

која се не понавља која се не

понавља која се не понавља...

 

in : Горан Бабић, Жежено злато мога језика,
Глас српски, Бања Лука, 2007.

 
 
Tous les mois <

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.