Le livre du mois : novembre 2017 : Journal de l'hiver d'après alerte / Srdjan Va...

LE LIVRE DU MOIS : NOVEMBRE 2017


Lire la suite...

Le poème du mois / Novembre 2017 : La rue qui portera mon nom / Milan Milišić...


Lire la suite...

SERBICA ♦ Revue électronique ♦ N° 20-21 / 2017

SERBICA


Lire la suite...

Vladeta Jerotić : Rencontres avec Isidora Sekulić

♦ articles - critiques - essais ♦ Vladeta Jerotić Rencontres avec Isidora Sekulić Vladeta Jerotić


Lire la suite...

Interview / Isidora Sekulić : J'avais tout préparé pour me pendre...

Isidora Sekulić


Lire la suite...

Isidora Sekulić : Les notes d'une balkanophile

♦ Archives ♦ NOTES D’UNE BALKANOPHILE Essais d’Isidora Sekulić sur les Balkans traduit par Milan Djordjević (Textes extraits du livre : Balkan / Les Balkans, édition bilingue serbe...


Lire la suite...

Svetlana Velmar-Janković : Isidora Sekulić, notre contemporain

♦ articles - critiques - essais ♦ Svetlana Velmar-Janković Isidora Sekulić, notre contemporain


Lire la suite...

De l’héritage littéraire de Svetlana Velmar-Janković / Avant-propos - par Alain ...

♦ articles - critiques - essais ♦ De l’héritage littéraire de Svetlana Velmar-Janković Avant-propos par Alain Cappon


Lire la suite...
01234567

 

Njegos_120


Petar II Petrović Njegoš

 


 

 

 

 

 

1813

Naissance de Rade Tomov Petrović-Njegoš à Njeguši, Monténégro.

1824

Début de son éducation au monastère de Cetinje. Petar I Petrović-Njegoš, en vue de sa succession, le prépare à la vie monacale.


1825

Études humanistes à Topla, dans la baie de Cattaro, chez le précepteur J. Tropović.


1827

Arrivée à Cetinje du poète Sima Milutinović dit Sarajlija (de Sarajevo), qui y exerce le rôle de secrétaire du Métropolite Petar Ier puis de précepteur du jeune Rade jusqu’en 1831, date de son départ du Monténégro.


1831

Suite au décès de Petar Ier, Rade Tomov lui succède à la fonction d’archimandrite au monastère de Cetinje sous le nom ecclésiastique de Petar II.


1833

Premier voyage de Njegoš en Russie, à Saint-Pétersbourg, à l’occasion de sa consécration comme prince-évêque de Monténégro, en la présence du tsar Nicolas Ier. La même année, il visite Vienne où il fait la connaissance de Vuk Stefanović Karadžić, et achève la composition de son premier recueil de poésie Пустињак цетињски [L'Anachorète de Cetinje] qui voit le jour l'année suivante à Cetinje, dans une imprimerie nouvellement mise en place au Monténégro par ses soins. C'est de 1833 également que date son poème "Глас каменштака" (La voix du montagnard).


1835

Achève le poème épique Свободијада [Epopée de la liberté], qui ne paraîtra pas de son vivant.


1836-37

Le frère cadet de Njegoš et plusieurs membres du clan des Petrović-Njegoš trouvent la mort dans la bataille de Grahovo contre les Turcs d'Herzégovine. Hostilité des Autrichiens et incompréhension des Russes envers sa politique étrangère. Deuxième voyage à Vienne et Saint-Pétersbourg.


1838

Edification, à Cetinje, du palais dit le « Billard ».


1844

Séjours à Trieste et à Vienne. Compose le poème programmatique "Мисао" (La pensée).


1845

Parution de Луча Микрокозма [La Lumière du microcosme] à Belgrade.


1846

Publication de Огледало српско [Le Miroir serbe], anthologie de poésie épique que Njegoš dédie à la mémoire de Pouchkine. Njegoš travaille sur le manuscrit de Горски вијенац [Les Lauriers de la montagne] à Cetinje, qu'il publie l'année suivante à Vienne, au cours d'un séjour hivernal dans la capitale autrichienne.


1847

Parution à Vienne de quatre œuvres majeures des lettres serbes modernes : Горски вијенац [Les Lauriers de la Montagne] de P. P. Njegoš, Нови завјет [Le Nouveau testament], traduction en langue vernaculaire de V. S.  Karadžić, Рат за српски језик и правопис [Guerre pour la langue et l'orthographe serbes] de Đura Daničić ainsi que Песме [Poèmes] de Branko Radičević. La même année meurt Simo Milutinović Sarajlija.


1848-49

Révolution de Prague et création de la Voïvodine de Serbie. Njegoš voit en ce soulèvement des Serbes d'Autriche le signe d'une aspiration à l'unification de tous les Serbes. Il consacre le poème "Поздрав штиту Србобрана" [Salut aux défenseurs de Srbobran] aux combattants serbes. Premiers signes de tuberculose.


1850

Voyages à Trieste, Venise, Rome, Naples ; lettres d'Italie à V. S. Karadžić, I. Garašanin, son ami D. Vladisavljević, etc.


1851

Parution de Лажни цар Шћепан мали [Le Faux tsar Šćepan le petit] à Trieste. Le 19 octobre 1851, mort de Njegoš.


1854

Свободијада (Épopée de la liberté), édition posthume, parue à Zemun.

Boris Lazić