Djeric_-_portrait

 

 

A lire

Faits pour la jouissance




 


Poète, traducteur et théoricien de l’altérité, de l’errance, de l’exil, Zoran Đerić débute sa carrière poétique avec un net intérêt pour l’onirisme, la poésie du langage et l’expression gnomique, minimaliste, au sein de la nouvelle avant-garde littéraire de Novi Sad des années soixante-dix. Par la suite, sa poésie, enrichie par le souffle long et le poème en prose, s’oriente, à travers l’étude de l’érotisme et plus particulièrement de l’inceste, vers le dialogue avec les traditions poétiques européennes et leurs contaminations bienvenues de la poésie serbe.


Né en 1960 en Voïvodine de Serbie, Zoran Đerić est issu des parents Serbes originaires de Bosnie-Herzégovine. La fissure présente au cœur du langage est à l’image d’une fissure originelle, ontologique : y prédomine la figure du déracinement. Zoran Đerić n’a de cesse, par ailleurs, depuis son entrée en littérature, de travailler de manière conjointe dans ces aires culturelles distinctes autant que complémentaires que sont Novi Sad, Belgrade, Banja Luka. Poète, dramaturge, rédacteur en chef de plusieurs revues littéraires premier ordre (To jest , Polja, Zlatna greda), éditeur, professeur d’art dramatique à l’Université de Banja Luka, directeur du Théâtre de la jeunesse de Novi Sad, il a publié à ce jour plusieurs recueils de poésies, dont : Унутрашња обележја / Caractéristiques intérieures, 1990 ; Сестра : књига о инцесту / La sœur : livre sur l'inceste, 1992 ; АЗ бо виде : азбучне молитве / AZ bo vide : prières abécédaires, 2000 ; Наталожено, изабране и нове песме / Sédimenté, choix de poèmes anciens et nouveaux, 2007 ; Блато / La Boue, 2011.

Auteur de plusieurs traductions de poètes, dramaturges et prosateur slaves de première importance (il traduit du russe, du polonais, du bulgare et du tchèque), il est aussi l’auteur de plusieurs essais sur les stratégies narratives postmodernes et sur la question de l’exil en pays slaves, dont : Ватрено крштење, критике / Baptême de feu, critiques, 1995 ; Анђели носталгије : поезија Данила Киша и Владимира Набокова / Anges de la nostalgie : étude sur les poésies de Vladimir Nabokov et Danilo Kiš, 2000 ; Са Истока на Запад : словенска књижевна емиграција у XX веку / D’Est en Ouest : l’émigration littéraire slave du XXe siècle, 2007 ; Дом и бездомност у поезији XX века : на примерима руских, пољских и српских емигрантских песника / La demeure et privation de la demeure : à partir des exemples de poètes émigrés russes, polonais et serbes, 2007.

Créateur d’une poésie de l’écriture aux référents sémantiques souvent ouverts, son érotisme du langage et des corps forme la trame d’une vaste toile de fond érudite où l’art et l’acte d’écrire deviennent les formes d’élection d’un discours poétique subversif. Postmodernisme (méta textualité, méta narration, jouissance dans les citations, dialogue avec la tradition…), érotisme (poétique du désir qui suggère qu’au cœur du langage se cacherait la trame de tout désir, d’où l’onirisme primordial qui recouvre l’ensemble de son discours poétique), émigration, exil (variations sur la privation de la langue maternelle) forment les trois corps textuels fondamentaux de cette œuvre. La ritualisation de l’acte poétique apparait comme dernier espace du sacré. Le plaisir de la création littéraire, le plaisir de l’usage varié des formes narratives est aussi l’héritage de l’exil, au sens où l’espace ludique seul demeure propre à exprimer les caractéristiques intérieures, qu’elles soient blessures secrètes ou épiphanies soudaines.

L’oeuvre poétique de Zoran Đerić a été traduite en macédonien, slovène, hongrois, bulgare, roumain, italien, anglais, français et polonais. Il a reçu plusieurs prix littéraires, dont : “Pečat varoši sremskokarlovačke“, „Mlada Struga“, „Smederevska pesnička jesen“ ainsi que celui de „L’union des communes juives de Yougoslavie“ pour ses essais sur la poésie de Danilo Kiš.


♦ Etudes et articles en serbe : Миливоје Марковић : Орфејеви сапутници, критике савремене југословенске поезије, Матица Српска, Нови Сад, 1985 ; Михајло Пантић, Васа Павковић : Шум Вавилона, Књижевна заједница Новог Сада, 1988, р. 23-31; 511-514 ; Селимир Радуловић : Савремено песништво у Војводини 1945-1990, Књижевна заједница Новог Сада, 1990, р. 5-16 ; Бојана Стојановић-Пантовић : Наслеђе суматраизма : поетичке фигуре у српском песништву деведесетих, Рад, Београд, 1998, р 136-139.


Boris Lazić