> SOMMAIRE

> Littérature
Ve - XVe siècles













Histoire_-_Nemanja

Stefan Nemanja, fresque,
monastère Bogorodica Ljeviška
 






















































Arbre_-_Nemanjici
L'arbre généalogique des Nemanjić, monastère Dečani, vers 1347













































































Histoire_-_Le_roi_Milutin-Studenica

Le roi Milutin, fresque, monastère Studenica, vers 1314







































CarDusan

L'empereur Dušan, fresque, monastère de Lesnovo, vers 1350
 



























Histoire_-_Dusanv_zakonik

Une page du Code de Dušan, manuscrit de Prizren


















































Histoire_-_Vukasin
Nom du roi Vukašin,
monastère de Marc






































Histoire_-_Knez-Lazar_-_DJ_Jaksic

Prince Lazar,
tableau de Djura Jakšić, 1858




















Histoire_-_monaie_du_prince_Lazar

Monaie du prince Lazar































Histoire_-_Zakon_o_rudnicima

Illustration du Code minier
de Stefan Lazarević, 1412

HISTOIRE — CHRONOLOGIE

 

– 1 –


LE MOYEN ÂGE : Ve – XVe SIÈCLES

De l'établissement des Serbes dans les Balkans à la chute de l'Etat médiéval serbe


Avant le Ve siècle

Les Serbes appartiennent à la grande famille des peuples indo-européens et à sa branche slave. Leurs premières contrées s’étendaient autour de la Vistule et de ses affluents, en Pologne actuelle.

Première moitié du VIIe  siècle
 
Les Serbes s’établissent sur le territoire de la péninsule balkanique sous le règne de l’empereur Héraclius (610-641). Lors de ces migrations, un groupe de Serbes atteint même le nord de l’Olympe ; le centre de leur colonie s’appelle Srbica (Servia). Au début, les tribus serbes n’occupent pas les territoires qui deviendront l’espace ethnique serbe, mais une région située entre la rivière Vrbas à l’ouest et la vallée de la rivière Ibar à l’est, entre le fleuve Sava  au nord et la côte Adriatique au sud, entre les embouchures des rivières Cetina et Bojana.

Plusieurs communautés serbes s’y organisent : la Rascie (Raška) (entre les rivières Vrbas et Ibar), la région de la Neretva (entre les rivières Cetina et Neretva sur  les rivages de la mer Adriatique) connue aussi sous le nom de Paganie, le Zahumlje (entre la Neretva et Dubrovnik), la Travounie et les Konavle (de Dubrovnik aux bouches de Kotor), et la Dioclée ou Duklja (entre les Bouches de Kotor et la rivière Bojana).

Fin du VIIIe siècle

Le premier souverain serbe connu en tant que tel est le prince (knez) Višeslav (ou Vojislav) ; il règne en Serbie probablement dans les dernières décennies du VIIIe siècle et est le contemporain de l’empereur Charlemagne (768-814).

Selon la tradition, il est le descendant du prince qui avait pris la tête des Serbes lors de leur installation dans les Balkans. Il fonde la première dynastie serbe dans la principauté de la Rascie, la dynastie Višeslavić.

822

Le nom des Serbes des Balkans apparaît pour la première fois, dans des sources occidentales, les Annales du royaume franc en 822. Les Serbes s’y trouvent mentionnés en tant que Sorabes  dont il est dit qu’ils « occupent une grande partie de la Dalmatie ». Sous ce nom de Dalmatie est désignée la province romaine qui s’étend de la mer Adriatique à la rivière Save, soit, approximativement, à peu près la Bosnie-Herzégovine et une partie de la Croatie actuelles.

Les débuts de la conversion des Slaves, dont les Serbes, au christianisme, est un événement annonciateur d’une nouvelle époque dans l’histoire de ces peuples. La mission de la conversion avait été confiée par l’empereur byzantin à des missionnaires grecs, deux frères de Thessalonique, Constantin et Méthode : Constantin était professeur de philosophie et bibliothécaire au patriarcat de Constantinople, et Méthode haut fonctionnaire, chef des archontes. Ils commencèrent leur mission d’abord en Moravie où ils arrivèrent en 883.

Milieu du IXe siècle

Le prince Vlastimir, alors souverain de la principauté serbe, défend sa principauté contre les assauts bulgares. Ses trois fils Mutimir, Strojimir et Gojnik, qui lui succédèrent, se partagent le pouvoir. Un épisode de la victoire militaire contre le prince (kan) bulgare Boris (852-889) nous révèle que la frontière orientale de la principauté serbe était alors la ville de Ras.

Vers 870

Petar (Pierre) et Stefan (Etienne), les petits-fils du prince Vlastimir, viennent au monde. Qu’ils portent un prénom chrétien confirme l’importante vague de la christianisation parmi les Serbes.

892-917

Règne de Petar Gojniković qui étend sa principauté à la vallée de Neretva.

Carte_-_Terres_serbes_au_IX_e_sicle
Les terres serbes au IX e siècle
Source : Wikipédia


Début du Xe siècle
 
La lutte pour la suprématie entre Byzance et l’Empire bulgare secoue le trône serbe. Deux princes se succèdent après 917 et le décès du prince Petar, avec le soutien byzantin ou bulgare : Pavle (Paul) Branović (917-920) et Zaharije Pribisavljević (920-924).

927- vers 950

La mort de l’empereur bulgare Siméon en 927 fait accéder au pouvoir en Serbie un autre prince de la dynastie serbe : Časlav Klonimirović, le dernier représentant connu de la dynastie. Profitant de la protection de l’empereur byzantin Constantin Porphyrogénète, il restaure le premier État serbe qui englobe ainsi, outre la Rascie, la Travounie et la Bosnie qui n’était à l’époque qu’une région occidentale de sa principauté. Časlav meurt dans un combat contre les Hongrois.

1018
 
Byzance écrase définitivement l’Empire bulgare de Samuilo (976-1014), et son retour dans les Balkans impose une vaste recomposition politique. L’Archevêché d’Ohrid est créé.

1037

Après la révolte contre Byzance, le prince Vojislav s’établit au pouvoir dans la Dioclée.

1052-1081

Mihailo, fils du prince Vojislav, succède à son père. Il est le premier prince serbe à ceindre la couronne royale, et la reçoit du pape, soulignant ainsi son autonomie par rapport à Byzance. Dans une lettre papale de 1077, il est dit « roi des Slaves ».

1081-1101

Règne du roi Bodin, fils de Mihailo. Après sa mort, la primauté entre les principautés serbes revient à la Rascie.

1089

Le pape Clément III établit l’archevêché de Dioclée qui recouvre les évêchés de Dioclée, Bar, Kotor, Ulcinj, Svač, Skadar (Scutari), Drivast, Pilot, ainsi que d’autres diocèses en Serbie, Bosnie et Travounie.

Fin du XIe - début du XIIe siècle

Vukan, le premier župan (seigneur) de Rascie, mène les combats contre Byzance et pénètre en direction du Sud-Est : son offensive s'oriente suivant une ligne Ras-Zvečan-Peć. Il s'empare des villes de Lipljan et Zvečan, mais Byzance confirme sa suprématie dans la première moitié du XIIe siècle. La Serbie se trouve ainsi entre deux puissances supérieures : Byzance et la Hongrie.

Vers 1130

Mariage entre le futur roi de Hongrie Bela II et Hélène, fille du grand župan serbe Uroš Ier. Beloš, leur fils, devint un personnage de premier plan à la cour de Hongrie.

1146-1156

Règne du grand župan Uroš II.
 
  1166-1196


Règne du grand župan Nemanja, fondateur de la plus importante dynastie serbe du Moyen Âge, la dynastie des Nemanjić (1166-1371). Fils de Zavida, né dans une famille aristocratique originaire de la Dioclée, Nemanja obtient progressivement l’indépendance à l’égard de Byzance et étend le territoire de son pays sur les pays de Zahumlje, Travounie, Dioclée, et sur les vallées des deux rivières - la Morava occidentale et la Grande Morava.

Carte_-Serbie_de_Nemanja

L'Etat de Nemanja en 1189
© Boban Markovic

1196
 
Nemanja cède le pouvoir à son fils Stefan, qui a épousé la fille de l’empereur Alexis III Ange et se retire dans le monastère de Studenica, sa pieuse fondation, où il devient le moine Siméon. Vukan, son fils aîné, règne quant à lui sur la Dioclée.

1196-1227

Règne de Stefan Nemanjić, connu aussi sous le nom de Stefan le Premier Couronné.

1198

Siméon arrive au Mont-Athos où il rejoint son fils cadet Rastko (le moine Sava). Ils fondèrent le monastère Chilandari, désormais le plus haut lieu de culte dans la culture serbe. Siméon y décèdera en 1199.
 
Début du XIIe siècle
 
La Bosnie commence à bénéficier d’un statut politique particulier, à l’exception de la région de Hum et de la Travounie – l’Herzégovine orientale – restées sous la domination des souverains de la Rascie.

1202-1205
 
La guerre fait rage entre Stefan et Vukan, les fils de Nemanja. Elle s’achève par une réconciliation autour des reliques de Simeon, devenant Saint Siméon.

1204
 
Chute de Constantinople lors de la Quatrième Croisade.

1217

Stefan reçoit la couronne royale du légat papal et devient ainsi le premier roi serbe.

1219

Les efforts de Sava assurent la reconnaissance de l’Eglise autocéphale serbe qui étend son organisation à l’ensemble du territoire de l’État serbe. Sava devient le premier archevêque. À l’instar de la proclamation du royaume, cet événement marque le moment d’une homogénéisation politique, juridique et culturelle.

1227-1233

Règne du roi Radoslav, fils de Stefan, qui épouse Anne, la fille du souverain d’Épire Théodore Ier Ange dont il subit l’influence. Après son retrait du pouvoir, il devint moine Jean.

1230

La défaite face aux Bulgares du souverain d’Épire Théodore Ier Ange lors d’une bataille sur la rivière Klokotnica, un affluent de la Marica, ouvre l’espace serbe à l’influence bulgare.

1232-1250

Règne de Matija Ninoslav, ban de Bosnie.

1233-1243
 
Le roi Vladislav, deuxième fils de Stefan, accède au trône de Serbie. Gendre de l’empereur bulgare Jean II Assène, il fondra le monastère de Mileševa.

1236

Sava décède à Trnovo, en Bulgarie. En 1237, ses reliques seront transférées au monastère de Žiča, sa fondation.

1241-1242

Invasion des Tatares qui ébranle la Serbie.

1243-1276

Le royaume serbe est gouverné par Uroš, le frère cadet de Radoslav et Vladislav. Son règne est marqué par un essor économique important, notamment dans le domaine de l’exploitation des mines. Sa fondation est le monastère de Sopoćani. Son épouse Hélène d’Anjou fait construire le monastère de Gradac.

1276-1282

Règne du roi Dragutin, fils aîné du roi Uroš Ier, qui devint le beau-fils du roi de Hongrie. Sa mère, Hélène d’Anjou règne dans la Dioclée, connue désormais sous le nom de Zeta, qui deviendra la possession du jeune roi, héritier du trône. En 1284, Dragutin reçoit du roi de Hongrie Belgrade et la région de la Mačva.

1282-1321

Règne de Milutin, fils cadet d’Uroš Ier. C’est la période de l’expansion territoriale du royaume serbe vers le sud, aux dépens de Byzance, et au nord dans la vallée de la Grande Morava. L’essor politique et économique significatif fait de la Serbie un pays européen important. Grand bâtisseur d’églises et de monastères, Milutin demeure le Saint Roi dans la mémoire serbe.

Histoire_-_Gracanica

Monastère Gračanica, fondation du roi Milutin, 1321
©Forumdesforums.com


1284

Le roi Milutin conquiert une grande partie de l’actuelle Macédoine. La frontière avec Byzance suit une ligne Ohrid-Prilep-Štip.

1299

La paix entre la Serbie et la Byzance est conclue. Milutin épouse la jeune Simonide, fille de l’empereur Andronic II Paléologue.

1314
 
Conduite par Stefan, le jeune roi et fils de Milutin, la révolte éclate à Zeta. Elle est écrasée, et Stefan, emprisonné, est emmené à Constantinople.

1316
 
Le roi Dragutin, devenu moine Théoctiste, décède. Milutin fait emprisonner son fils Vladislav et s’empare de la région de la Mačva et de Belgrade. En 1319, toutefois, la Hongrie reprendra ces territoires.

1321-1333

Règne de Stefan Dečanski qui rentre de Constantinople (ce fils de Milutin est dénommé ainsi d’après sa fondation, le monastère de Dečani).

1330

Stefan Dečanski remporte la victoire contre les Bulgares lors de la bataille de Velbužd.

1332-1353
 
Règne de Stefan II Kotromanić, ban de Bosnie, qui a restauré la puissance de cet Etat.

1333-1355

Après avoir renversé son père, le jeune roi Dušan monte sur le trône. Profitant de la guerre civile qui fait rage dans l’Empire byzantin, il fait de grandes conquêtes et recouvre ainsi une bonne partie de la Serbie actuelle (à l’exception de Belgrade et de l’accès au Danube), l’Herzégovine, le Monténégro, l’Albanie et la Macédoine actuelles (moins Salonique et une partie de la Thrace). La frontière sud-est s’étend du littoral de la mer Egée jusqu’aux environs de la ville de Christopolis (l’actuelle Kavala). Le règne de Dušan, l’un des plus puissants monarques serbes, marque l’apogée de l’État médiéval serbe.

1345

Dušan se fait proclamer empereur « des Serbes et des Grecs » à Serres. L’Eglise serbe est élevée au rang de patriarcat.

Carte_-_Empire_de_Duan

L'empire de Dušan en 1348-1355
© Boban Markovic


1349

Proclamation à Skopje du « Code juridique » de Dušan, l’ensemble législatif le plus important de la Serbie féodale.

1352

Première bataille entre les Serbes et les Ottomans près de Didimotika.

1353-1391

Règne du ban (1353-1371), puis roi de Bosnie Tvrtko Ier Kotromanić. Prenant le nom des souverains de la Rascie – Stefan, il se fait couronner « roi des Serbes et de la Bosnie » en 1377. (Il voulut restaurer l’autorité des Nemanjić dont il descendait par sa grand-mère, qui était la fille du roi Dragutin).

1354 

Les Ottomans s’emparent de Galipoli. Dušan envoie des émissaires auprès du pape Innocent VI, se dit prêt à reconnaître en lui le successeur des apôtres et le souverain suprême de l’Eglise chrétienne. En contrepartie, il demande au pape de le reconnaître comme commandant en chef dans la lutte contre les Turcs. Malgré la réaction favorable du pape, aucun accord n’intervient.

1355-1371

Règne du dernier Nemanjić, Uroš, fils unique de Dušan. La période de l’instabilité qui commence sous son règne, marquera profondément le destin de l’Empire serbe après sa mort en 1371. Plusieurs princes locaux, représentants de la haute aristocratie serbe se disputent le pouvoir suprême.

1365

Vukašin Mrnjavčević, le plus puissant des seigneurs serbes, dont le territoire recouvrait, entre autres, les villes de Skopje et de Prizren, reçoit le titre de roi et devient le cosouverain de l’empereur.

1371

Bataille de la Marica contre l’armée ottomane. Le roi Vukašin et son frère Uglješa y laisseront la vie.

1373

Après sa victoire sur Nikola Altomanović, le gouverneur de la Serbie occidentale, le prince Lazar devint le seigneur le plus puissant en Serbie. Son territoire s’étend sur les régions des trois rivières Morava.

1389
 
Bataille de Kosovo (le champ des Merles).  Probablement sans vainqueur, cette bataille coûte la vie au prince Lazar et au sultan Murat. Le roi Tvrtko Ier envoie à Lazar une armée conduite par Vlatko Vuković. Vuk Branković, grand seigneur et beau-fils de Lazar, survit quant à lui et poursuivra la lutte contre les Ottomans. Cette bataille est entrée dans la tradition comme un événement-clé de l’histoire serbe.


Bataille_de_K_-_Adam_Stefanovic_1870

Bataille de Kosovo, tableau d'Adam Stefanovic, 1870

1402

Bataille d’Angora. Suite à la défaite du sultan Bayezid, Stefan Lazarević, le fils de Lazar – devenu, après la bataille de Kosovo, le vassal du sultan – reçoit le titre de despote de l’empereur byzantin. Sous son règne, l’État serbe connaît un véritable essor politique, économique et culturel. Belgrade devint la capitale de la Serbie.


1427-1456
 
Règne de despote Djuradj, fils de Vuk Branković. Il fait de Smederevo sa nouvelle capitale.

Histoire_-_smederevska-tvrdjava

Forteresse de Smederevo


1439
 
La prise de Smederevo annonce l’effondrement de l’État serbe face aux Ottomans. Pourtant, en 1444, le despote Djuradj, qui était au nombre des Croisés unis contre la menace turque en Europe, regagne son pays et rétablit le despotat serbe.

1453

Chute de Byzance.

1455

Chute de Novo Brdo, ville de sud du despotat serbe.

Histoire_-_Novo_Brdo_Serbia1

Forteresse de Novo Brdo

 
1456-1458

Lazar Branković, fils de Djuradj, devient le despote.

1456

Le siège est mis par les Turcs devant Belgrade que défend l’armée des croisés sous l’égide de Jean de Hunyad (Janko Hunjadi).

1459

La chute de despotat et la fin de l’État médiéval serbe. Le titre de despote existe désormais chez les princes serbes exilés en Hongrie.
 
1463
 
Les Ottomans conquièrent la Bosnie.

1471-1485

Vuk Grgurević, surnommé Vuk le Dragon ardent, petit-fils du despote Djuradj et despote serbe en Hongrie, se lance dans l’action contre les Ottomans avec pour objectif une éventuelle reconquête de la Serbie. Le titre de despote revient après sa mort à Djordje, puis à Jovan Branković.

1481

Chute de l’Herzégovine devant l’assaut ottoman.

1481-1496
 
Ivan Crnojević restaure l’Etat serbe dans la principauté de Zeta. La ville de Cetinje devient sa capitale. Ivan y fonde le monastère consacré à la Naissance de la Vierge Marie où est imprimé le premier livre serbe en 1494. L’Etat des Crnojević renoue avec la tradition politique et culturelle des Nemanjić.
Veljko Stanić