Milisic Milan

 Milan Miliš

 
 
 
 


II


     LE POÈME DU MOIS : NOVEMBRE 2017

 

   MILAN MILIŠIĆ
   (1941-1991)

 

LA RUE QUI PORTERA MON NOM



La rue qui portera mon nom

Qu’elle soit escarpée

Sans éclairage –

Que les notables soient libres d’y péter

Les pochards d’y chanter, les chats

De s’y accoupler en février

La pluie froide de novembre

De l’user, le vent

Et les lubies des insomniaques lui donner son arome.

 

Et toi, encore enfant

D’y découvrir ton premier baiser

Avec l’un, alors que tu fermes les yeux

Et envoie tes chastes pensées

A l’autre.

Traduit du serbe par Boris Lazić



МИЛАН МИЛИШИЋ

УЛИЦА КОЈА ЋЕ СЕ ЗВАТИ МОЈИМ ИМЕНОМ

 

Улица која ће се звати мојим именом

Нека буде стрма

Неосвјетљена –

Господа да у њој слободно прну

Пијанци да пусте гласа, мачке

Да се прче у вељачи

Киша да је дере

Студена у студеном

Козомор и тлапња бесаних дају јој боју.

 

И ти, још дијете,

Да се први пут у њој пољубиш

С једним, склапајући очи

Упућујући своје чисте мисли

Оном другом.

 

In : Горан Бабић, Жежено злато мога језика,
Глас српски, Бања Лука, 2007.

 


Tous les mois <     

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.