Petkovic Dis portrait
 
 
 
 
 
 


II


LE POÈME DU MOIS : AVRIL 2017

 

VLADISLAV PETKOVIĆ DIS
(
188o-1917)


 

LA GEOLE

 

C’est donc cette vie où je tombais fatalement
Depuis la candeur, les yeux d’étoiles pleins,
Et avec ma larme qui luit inconsciemment
Et, telle un oiseau au nid démolit, se plaint.
C’est donc cette vie où je tombais fatalement.
 
Sans connaissance aucune et bien contre mon gré,
Inconnu au langage et l’hideuse détresse.
Il ne me fut d’aucune aide d’avoir pleuré.
Je restais ainsi dans le berceau de tristesse
Sans connaissance aucune et bien contre mon gré.
 
Et je ne savais pas que mon sang circulait,
Que je portais une forme qui changeait lentement :
Que je portais une forme, un rêve de beau, un laid,
Un profond silence m’illuminant doucement.
Et je ne savais pas que mon sang circulait.
 
Et que les étoiles s’échappaient de mes yeux,
Que le ciel se formait et cette voute actuelle
Et l’espace, la durée pour l’exaucement des vœux,
Que l’esprit engendrait l’épouvante virtuelle,
Et que les étoiles s’échappaient de mes yeux.
 
Mais les étoiles s’échappent, abandonnent les couleurs,
Les lieux, les lointains et la vision du réel :
A présent elles vivent tel l’être qu’elles effleurent,
Innocemment liées à mon rêve irréel.
Mais les étoiles s’échappent, abandonnent les couleurs.
 
Les étoiles en fuite la terre seule demeure
Pour ma longue marche, pour la vie du verbe :
C’est ainsi que ma force prit de la vigueur,
Une force à faire mal, force qui s’exacerbe.
Les étoiles en fuite la terre seule demeure.
 
Cette terre, j'ai appris à bien la connaître,
D'un cœur plein d'innocence, mais sans mes étoiles,
Et avec ma larme qui ne veut disparaître,
Tel l’oiseau qui sa triste plainte dévoile.
Cette terre, j'ai appris à bien la connaître.
 
Je me mis à vivre tel un très vieux secret,
Cloué à cette terre qui nous sert à vivre,
A tourner mon regard vers de grises forêts,
Des rêves l’auréole couvrant ma tête ivre.
Je me mis à vivre tel un très vieux secret.
 
A ressentir mon être à travers les herbes
Et les nuits, et les eaux : à écouter mon être,
L’esprit qui puissamment en tout rêve acerbe
Tel un chant unique, une seule découverte :
A ressentir mon être à travers les herbes
 
Et des yeux tels que seule ma force les discerne,
Des yeux qui appellent comme la voix du silence,
Comme l’écho des forêts, comme l’amante terne
Des rêves annihilés, des hauteurs immenses,
Et des yeux tels que seule ma force les discerne.

 

Traduit du serbe par Boris Lazić

 

ВЛАДИСЛАВ ПЕТКОВИЋ ДИС

ТАМНИЦА

 

To је онај живот, где сам пао и ја
С невиних даљина, са очима звезда
И са сузом мојом што несвесно сија
И жали, ко тица оборена гнезда.
To је онај живот, где сам пао и ја.

Са нимало знања и без моје воље,
Непознат говору и невољи ружној.
И ја плаках тада. He беше ми боље.
И остадох тако у колевци тужној
Са нимало знања и без моје воље.

И не знадох да ми крв сгруји и тече,
И да носим облик што се мирно мења
И да носим облик, сан лепоте, вече
И тишину благу к’о дах откровења.
И не знадох да ми крв струји и тече,

И да беже звезде из мојих очију,
Да се ствара небо и свод овај сада
И простор, трајање за ред ствари свију,
И да моја глава рађа сав свет јада,
И да беже звезде из мојих очију.

Ал’ бегају звезде; остављају боје
Места и даљине и визију јаве;
И сад тако живе као биће моје,
Невино везане за сан моје главе.
Ал’ бегају звезде, остављају боје.

При бегању звезда земља је остала
За ход мојих ногу и за живот речи:
И тако је снага у мени постала,
Снага која боли, снага која лечи.
При бегању звезда земља је остала.

И ту земљу данас познао сам и ја
Са невиним срцем, ал’ без мојих звезда,
И са сузом мојом, што ми и сад сија
И жали к’о тица оборена гнезда.
И ту земљу данас познао сам и ја.

Као стара тајна ја почех да живим,
Закован за земљу што животу служи,
Да окрећем очи даљинама сивим.
Док ми венац снова моју главу кружи.
Као стара тајна ја почех да живим,

Да осећам себе у погледу трава
И ноћи, и вода; и да слушам биће
И дух мој у свему како моћно спава
Ko једина песма, једино откриће
Да осећам себе у погледу трава.

И очију што их види моја снага,
Очију што зову као глас тишина,
Као говор шума, као дивна драга
Изгубљених снова, заспалих висина.
И очију што их види моја снага.




Tous les mois <

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.