Manojlovic portrait
 

 
 
 
 


II


LE POÈME DU MOIS : MARS 2017

 

 

TODOR MANOJLOVIĆ
(
1883-1968)


 

Rencontres

 

Je le revis il y a peu :
Par hasard – et qu’importe où à présent,
Etait-ce en rêve ou en réalité ? –
Il me dépassait
Feignant ne pas me reconnaitre.
Peut-être ne m’a-t-il vraiment pas vu ? –
C’est aussi possible :
J’ai souvenir de tels de nos
Airs dissipés
(Perdus dans nos pensées,
Fantasmes, visions)
Du temps où tous deux nous étions
Encore un seul être…
Après, il arrive parfois que même
Les meilleurs amis se perdent de vue
Lorsque les années qui passent l’amitié emportent.
Ainsi va la vie.
J’ai toutefois été blessé profondément
Qu’il ne m’ait pas reconnu
(Peu importe s’il le fit à dessein
Ou non)
Lui qui emporta
La meilleure part de ma vie
Il m’arrive alors d’appréhender avec crainte
Qu’à notre prochaine rencontre
Moi non plus je ne le reconnaisse –
 
Ce serait alors vraiment la fin de tout.
 

Traduit du serbe par Boris Lazić


 
ТОДОР МАНОЈЛОВИЋ


СУСРЕТИ


Срео сам га недавно поново:
Случајно свеједно сада где,
И да ли у сну или на јави?
Прошао је мимо мене
Чинећи се невешт.
Или ме можда заиста није спазио?
Могућно је и то:
Сећам се још добро и сам
Таквих наших расејаности,
Или утонулости у мисли,
Маштарије, виђења
Из доба када смо двојица
Још били једно...
А после, дешава се баш и каткад
Да се и најбољи стари другови
Некако више не познају
Када им другарство једном дубље уђе у године.
Такав је већ ток живота.
Ипак ме је такнуло суморно
Што ме он не познаје више
(Свеједно сад да ли намерно
Или ненамерно )
Он који је понео са собом
Бољи део мога живота
И ја са зебњом помишљам
Да када се једном опет сретнемо
Ваљда и ја њега више нећу познавати
 
И онда ће свему бити крај.

In : Песме мога двојника, Нови Сад, Матица српска, 1958.



Tous les mois <

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.