Ducic portrait 00
 
Jovan Dučić
 
 
 
 
 
 


II


LE POÈME DU MOIS : DECEMBRE 2016

 

 

JOVAN DUČIĆ
(1874-1943)

 

 

HOMMAGE  A L’AMOUR

 

Tu n’as d’autre vie que celle qu’en moi tu vis :
Songe et sensation tu t’es fait, ô sagace ;                  
Inutile de chercher à voir ta face pressentie –
C’est au loin, hors de toi, que court ta trace.
 
Si tu as des yeux, c’est  pour féconder le penser,
Une voix, pour que dans les cœurs la prière abonde ;
Tout mouvement de toi seul semble s’élancer ;
Tu brilles en toute chose comme le jour dans l’onde…
 
Ton souffle prévient le grain de geler sous le givre ;
Ton amour, c’est pour qu’il y ait de la piété ;                         
Ton indifférence,  que trouvent de quoi vivre         
L’orgueil du désespoir et la suave méchanceté.
 
Tu es hors de toi car infinie est ta puissance ;                 
Ton verbe ouvre sur la musique des flots ;                  
Tes mots sont fils tissus dans toute magnificence ;
Comme la prière au ciel, tu montes haut.
 
Tu es principe davantage que tu n’es…    
Nuit, pour l’éclat des astres ; victorieux essor,
Pour l’idée de victoire… Révélation, beauté,
Avant de fournir à l’esprit mots et métaphores.

Traduit du serbe par Vesna Bernard-Radović

 

 

ЈОВАН ДУЧИЋ

ПЕСМА ЉУБАВИ

Свој једини живот ти живиш у мени;
Да будеш осећај и сан ти се сазда;
Не тражим на путу твој лик наслућени –
Далеко ван тебе иде твоја бразда.

Очи су ти зато да оплоде звуке,
И глас да молитву у срцима роди;
Сав покрет изгледа замах твоје руке;
Ти сјаш у стварима као дан у води.

Твој је дах да семе не смрзне у њиви;

Твоја љубав да би било побожности;
Твоја равнодушност, да може да живи
Гордост очајања и горки чар злости.
 
Ти ниси у себи јер ти нема краја;
Твој говор почиње музику свих вода;
Речи су ти конци у ткиву свег сјаја;
Идеш, ко молитва, од земље до свода.
 
И ти си начело већма него биће…
Ноћ да блисну звезде; замах победника,
Да буде победа… Лепота, откриће,
Пре него мом духу беше реч и слика.

 

Tous les mois <

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.