Maksimovic D portrait
 
Desanka Maksimović

II


LE POÈME DU MOIS : octobre 2013

 

 

DESANKA MAKSIMOVIĆ

(1898-1993)

 


LA BERCEUSE DE MORANA


A présent vous m’appartenez tous autant que vous êtes.
Aussi bien vous qui vénérez les icônes de Byzance
que vous qui êtes sous l’aile de Venise ou de Vienne,
vous tous qui vous ensanglantez de manière réciproque.
Jamais vous n’avez été l’un auprès de l’autre si serrés,
votre sang sous terre à nouveau se mélange
à la grande rivière slave, natale, souterraine
d’où pour vous vont croitre le tilleul,
le noisetier et le cerisier.

Vous tous qui êtes originaires des Carpates,
vous que brûle un air chaud
et vous au teint pâle, à la tête blonde,
vous qui vous soulevez contre Byzance
et vous qui vous soulevez contre Venise,
vous tous, qui vous êtes brouillés,
venez en mon empire de silence,
vous tasser dans l’étroitesse,
la porte vous est grande ouverte.

A jamais
là faites la paix
dans le sein de la terre brunâtre,
oubliez les essaims sous le ciel,
oubliez les étoiles et les fourmis,
oubliez les rives et les bornes.

Murmure de nouveau une voix depuis les branches :
ce n’était point-là la déesse Morana.
Il y a longtemps déjà qu’elle est enterrée
dans les reliquaires de l’oubli.
C’est la nuit qui sort depuis les fosses,
c’est l’obscurité,
la sœur des loup-garou et des spectres
qui de nuit quittent leurs résidences.
C’est le passé qui de quelque endroit se libère,
obscur souvenir
des antiques tombeaux barbares.


Traduit du serbe par Boris Lazić

 

ДЕСАНКА МАКСИМОВИЋ

 

МОРАНИНА УСПАВАНКА


Сад сте моји сви одреда.
И ви што целујете иконе Бизанта,
и ви под окриљем Млетака и Рима,
сви ви међусобно што се крвите.
Никад нисте били један уз другог тешње,
крв се опет ваша под земљом меша
у велику словенску понорницу.
Из ње ће вам постојбинске нићи липе
и леске и дивље трешње.

Сви ви старином иза Карпата,
и ви опаљени од врела зрака
и ви белолики, главе русе,
и ви што устајете против Бизанта,
и ви што устајете против Млетака,
сви ви завађени,
ходите у тихо царство мени,
и у њему се тесно збите,
отворена су вам широм врата.

Заувек
ту се помирите
у недрима земље смеђе,
заборавите под небом јата,
заборавите звезде и мраве,
заборавите обале и међе.

А жамори опет глас из грања:
то није богиња била Морана.
Одавно је и она покопана
у ћивоте заборава.
То је ноћ што излази однекуд из јама,
то је тама,
сестра вукодлацима и утварама
што напуштају ноћу боравиште.
То се прошлост однекуд искобељава,
то су ваша тамна сећања
на барбарска древна гробишта.

 

 

 
Tous les mois <

Jefimija_2