S - modle
 

II


LE POÈME DU MOIS : décembre 2013

 

 

 

SVETISLAV MANDIĆ   
(1921-2003)
 
 
 
 
LE PEINTRE RASCIEN
 
 
Je m’arrête devant l’église et la rivière, garde le silence
et pense :
cet homme est-il mort jeune, comme Giorgione,
ou dans sa vieillesse, comme le Titien ?
 
Peut-être qu’une Némanide, jeune et élancée,
arrogante et sage, comme ses pères, l’a aimé,
et lui a dit une nuit sous les pins
quelque merveilleux mot d’amour, seigneurial.
 
Plus tard il traduisit ses yeux et ses mains
dans la figure douce, un peu violette et comme printanière
de la Mère de Dieu,
de sorte que les pâtres valaques
et les honorables hiérarques aux robes d’or se prosternaient
devant un amour humain.
 
Lui a porté longtemps,
par les routes impériales, depuis la rivière Ibar
                                                               jusqu’à Thessalonique,
une tendre figure, comme une amulette.
 
Maintenant que tout est poussière et que tout est sacré,
je m’arrête devant l’église et la rivière, garde le silence
et pense :
cet homme est-il mort jeune, comme Giorgione,
ou très vieux et pécheur,
comme le Titien ? 
 
 Traduit du serbe par Boris Lazić
  
   
 

СВЕТИСЛАВ МАНДИЋ 

 

РАШКИ СЛИКАР 

 

Пред цркву и реку станем, па заћутим,
и мислим,
да л' умре млад тај човек, ко Ђорђоне,
ил' прастар као Тицијан?
 
Можда га заволела немањићка, висока и млада,
обесна и мудра, попут очева,
и рекла му једне ноћи борове
понекад дивно слово љубве, велмошко.
 
И после он преточи њене очи, и руке,
у богородичин лик,
нежан, и помало љубичаст, и као пролећан,
па се једној људској љубави
клањали старовлашки чобани
и часни јереји златних одежди.
 
А он дуго носио
царским путевима од Ибра до Солуна
један мали лик, као амајлију.
 
Сад, кад све је прах, и све је тако свето,
пред цркву и реку станем, па заћутим,
и мислим
да л’ умре млад тај човек, ко Ђорђоне,
ил’ стар и грешан
као Тицијан?
 
 
 
 
Tous les mois <

Jefimija_2