S Serbicajpg


 
 
 
 


II


            LE POÈME DU MOIS : JUIN 2017

 

RADIVOJE STOJKOVIĆ

 

 

MORT DANS LA COUCHE


Dans la maison le monde assemblé
des mouches des serpents
dans l’attente de mon sang aussi noir
que l’encre

à partir de la peau d’un animal éteint
tresse un filet
inlassablement et fatalement
pour ma mort

sur la couche Elle embrasse
mon corps nu
sous la pluie qui frappe contre la vitre

de la fenêtre : puis d’un geste du bras
des ongles elle désigne
la perte de la vue – de l’air

(Dire que je prenais cela pour un rêve)


Traduit du serbe par Boris Lazić

 

РАДИВОЈЕ СТОЈКОВИЋ

СМРТ У ПОСТЕЉИ

У кући обједињен свет
мува змија
ишчекује моју крв црну
као мастило

од коже изумрле животиње
мрежу плете
неуморно и безусловно
за моју смрт

на постељи Она љуби
моје наго тело
с кишом која удара о стаклo

прозора: затим покретом руке
ноктима означава
губљeње вида – ваздуха

(А ја мишљах сан то је)


И: Радивоје Стојковић, Комета, Књижевна омладина
Србије, Београд, 1998.



Tous les mois <     

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.