Radovic Borislav

 Borislav Radović

 
 
 
 


II


            LE POÈME DU MOIS : OCTOBRE 2017

 


BORISLAV RADOVIĆ

(1935)

 

BLANCHEUR

 

La lettre dessine la longue souffrance de la prononciation,

signe de félicité sur le front de grottes muettes ;

le vide est blancheur : aussi vieux que la pensée,

aussi précis qu’une fenêtre vue de loin au crépuscule du soir,

le genou danse autour du feu et de la borne.


Traduit du serbe par Boris Lazić

 

БОРИСЛАВ РАДОВИЋ

БЕЛИНА

Слово је цртеж дуге патње изговора,

знак радости на челу мутавих пећина;

празнина је бела: стара као мисао,

тачна као окно с вечера у даљини,

колено што плеше око ватре и хумке.

 

In : Борислав Радовић, Песме, СКЗ, Београд, 1994.



Tous les mois <     

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.