Kostic Laza
 
 
 
 
 


II


   LE POÈME DU MOIS : FEVRIER 2016

 

 
 

 LAZA KOSTIĆ

 (1841-1910)

 
 
 

PARMI LE   RÊVE  ET  LE  RÉVEIL

 
 
O mon cœur abandonné,
qui t’appela devant mon seuil ?
fileuse de rêves sans fin
toi qui files des fils tant fins
parmi le rêve et le réveil.
 
O mon cœur encor fou,
que fais-tu de fils pareils ?
telle la fileuse tranquille*,
ce que jour file, nuit effile,
  parmi le rêve et le réveil.
 
O mon cœur courroucé,
évite-moi ce dur écueil !
car alors comment se fait-il
  que je te perds dans tous ces fils
          parmi le rêve et le réveil !


*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne.
Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]


                                                  Traduit du serbe par Kolja Mićević

               In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević »,
                                 Paris-Belleville, 2002, p. 80.

 

 

ЛАЗА КОСТИЋ


МЕЂУ ЈАВОМ И МЕД СНОМ

 

Срце моје самохрано,

ко те дозва у мој дом?
неуморна плетисанко,
што плетиво плетеш танко

међу јавом и мед сном.

Срце моје, срце лудо,

шта ти мислиш с плетивом?
ко плетиља она стара,
дан што плете, ноћ опара,

међу јавом и мед сном.

Срце моје, срце кивно,

убио те живи гром!
што се не даш мени живу
разабрати у плетиву

међу јавом и мед сном!

 
 
Tous les mois <

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.