danojlic 2
 
 
 
 
 


II


   LE POÈME DU MOIS : JUIN 2016

 

 

MILOVAN  DANOJLIĆ

(1937)

 

 

LE TROU À RAT

Chapitre XI

 

Tant d’attente, et pour toute récompense

Ce qu’une fourmis trouve et s’accapare en chemin.

Si au moins il n’était ces hurlements insoutenables

Des commandants ivres d’Histoire

Qui tantôt tuent, tantôt dansent sur les tombes !

J’ai cru, bien plus qu’ils ne le demandaient.

Croyant, je doutais de plus en plus profondemment.

M’approchant, je m’éloignais inexorablement.

Au bout du compte, j’aboutis de l’autre côté :

Je revins à moi-même, comme après une maladie.


  Traduit du serbe par Boris Lazić

 

МИЛОВАН ДАНОЈЛИЋ

 

МИШЈА РУПА

Глава XI

 

Оволико чекања, а награда

Оно што мрав, уз пут, пронађе и присвоји.


Па бар да није те несносне дреке

Пијаних заповедника Историје!


Веровао сам, више него што су тражили.

Верујући, све сам дубље сумњао.

Ближећи се, неповратно се удаљих.

На крају, избих на супротну страну:

Вратих се к себи, као из болести.

 

in : Мишја рупа, М. Данојлић/М. Јосић,
Београд, 1982.

 

Tous les mois <

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.