slobodan_selenic

 

Bibliographie

Œuvres traduites
Etudes et articles

 

 

Notre choix

L'Ombre des aïeux

 

 

Du même auteur en anglais :

Romancier et auteur dramatique, essayiste, universitaire et intellectuel engagé, Slobodan Selenić demeure, quoique disparu, l’un des écrivains les plus lus en Serbie.

Né en 1933 à Pakrac en Croatie, il grandit à Belgrade. Il poursuit des études de  troisième cycle à l’université de Bristol avant de rentrer à Belgrade et de se consacrer à la carrière de professeur de dramaturgie. Il a publié de nombreuses études sur le théâtre, mais c’est surtout son œuvre littéraire que l’on retiendra. Au début des années 90, intellectuel et personnage public, il s’engage dans la tumultueuse vie politique serbe et siège à la direction du Demokratski pokret Srbije, le Mouvement démocratique de Serbie, l’une des premières coalitions d’opposition au gouvernement du parti socialiste.

La carrière littéraire de Selenić débute en 1968 avec la publication de Memoari Pere Bogalja [Les Mémoires de Pero l’éclopé]. S’ensuit une période de silence pendant laquelle il continue d’écrire, mais ne publie pas. Le thème sur lequel se focalisait son livre interdit toute publication car le regard porté par l’auteur sur un passé récent ne cadrait pas avec la version communiste officielle des événements. Les romans dont Selenić a entrepris l’écriture à cette époque seront publiés dans les années 80, à commencer par Prijatelji sa Kosančićevog venca 7 [Ces Deux Hommes, titre en français] dont l’écrivain allait tirer un drame. Plus précisément, cette histoire raconte les relations entre un citoyen sophistiqué de Belgrade, Vladan Hadžislavković, et un citoyen albanais arrivé dans la capitale, Istref Veri.  Le roman suivant, achevé dès 1972 mais publié seulement en 1982, est intitulé Pismo/Glava [Lettre/Tête]. L’action se situe en 1948 et s’attache aux événements qui accompagnèrent l’exclusion de la Yougoslavie du mouvement communiste international, et aux problèmes que rencontrèrent et les partisans du soutien à l’Union soviétique et ceux favorables au courant indépendant des communistes yougoslaves. En 1985 paraît le roman Očevi i oci [L’Ombre des aïeux], un roman sur la vie conjugale de Stevan Medaković et de son épouse Elizabetha, une Anglaise.

Parallèlement aux romans, Selenić a aussi écrit pour le théâtre : Ruženje naroda u dva dela [Outrage au peuple en deux parties] en 1987, et Knez Pavle [Le prince Pavle] en 1990. Le premier drame s’attache aux événements de l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale, l’action se situant dans un camp pour internés politiques ; le second relate quant à lui les derniers instants du gouvernement royal à la veille de la guerre en 1941. Le roman Timor mortis (1989) traite lui aussi de thèmes politiques et historiques, des relations serbo-croates et de l’occupation allemande de Belgrade.

La dernière œuvre de Selenić est également un roman, Ubitstvo sa predumišljenjem [Meurtre avec préméditation], publié en 1993. C’est une histoire contemporaine, celle d’un couple qui enquête sur les événements survenus dans la famille de la jeune fille à la fin de 1944 alors que, dans le même temps, se déroule autour d’eux un nouveau conflit historique. Après le décès de l’écrivain sera publié en 2003 un autre livre, inachevé, intitulé Malajsko ludilo [La Folie malaise] : y sont réunies des esquisses et des notes qui devaient donner matière à un roman, mais on ignore quelles étaient les intentions futures de l’auteur à ce propos.

L’œuvre de Slobodan Selenić est connue pour ses préoccupations thématiques : l’histoire serbe, la ville de Belgrade, le passé et le présent, les changements dramatiques qui se produisirent dans la vie de la capitale avec l’arrivée des partisans à Belgrade en 1944, les conflits qu’entraîne la rencontre de cultures différentes. Ces conflits sont fréquemment au cœur des œuvres de Selenić.

Ses romans ont reçu les récompenses littéraires les plus prestigieuses de Serbie, entre autres, le prix NIN qui couronne le roman de l’année, le prix « Meša Selimović » ou, encore, le prix de la Bibliothèque de Serbie décerné au livre le plus lu. Ont jusqu’à présent paru en traduction française trois romans : Ces Deux Hommes, 1991 ; Meurtre avec préméditation, 1996, et L’Ombre des aïeux, 1999.

Slobodan Selenić est décédé à Belgrade en 1995.

David Norris

Traduit du serbe par Alain Cappon